Communiqués de la FNEC-FP FO et du SNFOLC des 1 et 2 février 12

31 janvier : communiqués FNEC et SNFOLC : succès de la grève et de la manifestation nationales.

1er et 2 janvier 2012

samedi 4 février 2012

20000
manifestants
à PARIS
Grève massive
sur des
revendications
claires
Préparer
maintenant les
assemblées
générales
dans les
établissements
et services


Communiqué FNEC

Hier 31 janvier, plus de 40 % des personnels enseignants du 1er degré et du 2d degré
étaient en grève dans les collèges, les lycées et lycées professionnels. La grève était
aussi très significative dans les services administratifs. Pour l’annulation de toutes les
suppressions de postes et pour le retrait définitif des projets de décret et d’arrêté
concernant l’évaluation des enseignants, les personnels ont clairement exprimé avec
leurs organisations syndicales leur volonté de refuser que leurs statuts et leurs
conditions de travail ne deviennent des variables d’ajustement dans la gestion de la
« crise de la dette » qui n’est pas la leur.

A l’appel du SNES-FSU, de la FNEC FP FO, de la CGT, de SUD, du SNALC et de la
FAEN, la grève a été très importante. Plus de 20 000 manifestants ont défilé sur les
deux revendications à Paris où 4000 d’entre eux se sont regroupés dans le cortège de
la FNEC FP FO et de ses syndicats. Dans de très nombreuses villes de province des
rassemblements, manifestations et délégations ont eu lieu à l’initiative de la FNEC FP
FO et de ses syndicats.

Pour Force Ouvrière, le ministre n’a pas d’autre issue que d’entendre les revendications,
il n’a pas d’autre issue que de retirer définitivement ses projets en matière d’évaluation
instaurant l’arbitraire dans les déroulements de carrière et l’annulation des 14 000
suppressions de postes décidées en application de la RGPP et des contre réformes. Il
ne saurait y avoir de « trêve électorale ».

Il ne fait aucun doute que pour faire valoir ces deux revendications qui concentrent la
volonté de personnels du ministère de l’éducation nationale de défendre tout à la fois
l’école publique, leurs conditions de travail et leur statut, chaque organisation va
devoir prendre ses responsabilités.

Force Ouvrière confirme sa proposition à toutes les fédérations syndicales et aux
syndicats nationaux à l’initiative de la grève du 31 janvier de se rencontrer le plus vite
possible pour constituer une délégation qui exprime les revendications auprès du
ministre.

Atous les niveaux, auprès des recteurs, des IA, des préfets, la FNEC FP FO appelle ses
sections et syndicats à proposer des délégations communes appuyées sur les
revendications élaborées précisément dans les assemblées générales dans les collèges,
les lycées, les lycées professionnels, les écoles et les services.
Il revient à ces assemblées générales, réunies avec les organisations syndicales, de
définir un mandat précis, de mandater des délégués pour exprimer et porter la
revendication auprès du gouvernement et de ses représentants.

La FNEC FP FO appelle ses sections départementales et ses syndicats à faire remonter
toutes les informations sur les initiatives en cours :

Retrait définitif des projets sur l’évaluation

Annulation des 14 000 suppressions de postes

===========================================
Communiqué SNFOLC

Retrait des projets sur l’évaluation

Annulation des 14 000 suppressions de postes

Le 31 janvier, massivement, les personnels ont répondu à l’appel du SNES-FSU, de la
FNEC FP FO, de la CGT, de SUD, du SNALC et de la FAEN, à la grève nationale.
Plus de 20 000 manifestants ont défilé sur ces deux revendications à Paris où 4000 d’entre eux se sont regroupés
dans le cortège de la FNEC FP FO et de ses syndicats.

Le SNFOLC invite, à tous les niveaux, les personnels, avec leurs organisations syndicales à réaffirmer leurs
revendications exprimées dans la grève nationale du 31 janvier, s’appuyant sur le premier recul du ministre, suite
à la grève du 15 décembre. Le 31 janvier, plus de 40 % des personnels enseignants du 1er degré et du 2d degré
étaient en grève.
Ce sont bien les deux revendications qui sont au coeur de la mobilisation des personnels :
- retrait définitif des projets en matière d’évaluation instaurant l’arbitraire dans les déroulements de carrière,
- annulation des 14 000 suppressions de postes décidées en application de la RGPP et des contre-réformes.

La force du 31 janvier montre qu’il n’y a pas de trêve pour l’action syndicale.
Le point de passage pour faire exploser le statut national, c’est la réforme de l’évaluation. La poursuite des suppressions de postes et des contre-réformes implique l’éclatement du statut et
l’allongement des nos obligations de service.

Prenons deux faits :

- Le 30 janvier, la DGRH a réuni les coordonnateurs académiques des inspecteurs de l’Education nationale. La
feuille de route de la DGRH serait « L’implication de chaque enseignant dans une démarche d’auto-évaluation« repose sur plusieurs critères, dont la capacité à faire progresser les élèves »dans le respect (...) de la mise en
oeuvre des réformes ». Il s’agit bien de l’évaluation pour la mise en place des contre-réformes que FO et les
personnels rejettent.

- Le 31 janvier, le ministre affirme « Nous avons beaucoup réfléchi aux missions de l’école et des enseignants.
Nous ne sommes plus en 1950 (…) On doit sortir de cette notion de temps de cours – 15 heures pour les agrégés,
18 heures pour les certifiés – pour aller vers la définition d’un temps de présence dans l’établissement.
Le principe est de changer d’époque, ensuite il y aura une discussion : base du volontariat pour passer sous ce
statut, incitation financière (…) Il faut remettre à plat le contenu des missions et réfléchir à une organisation
différente du système éducatif. »

Tout est dit !

Force Ouvrière confirme sa proposition à toutes les fédérations syndicales et aux syndicats nationaux à l’initiative
de la grève du 31 janvier de se rencontrer le plus vite possible pour constituer une délégation qui exprime les
revendications auprès du ministre.

A tous les niveaux, auprès des recteurs, des IA, des préfets, le SNFOLC avec la FNEC FP-FO appelle ses sections et
syndicats à proposer des délégations communes appuyées sur les revendications élaborées précisément dans les
assemblées générales dans les établissements.

Il revient à ces assemblées générales, réunies avec les organisations syndicales, de définir un mandat précis, de
mandater des délégués pour exprimer et porter la revendication auprès du gouvernement et de ses
représentants.

Montreuil, le 2 février 2012

FNEC greve_et_manifestation 31_janvier
SNFOLC communiqué 2 fevr 12

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr