communiqué FNEC-FP-FO

3 et 4 septembre prérentrée des enseignants, rentrée scolaire des élèves

3 septembre 2012

mardi 4 septembre 2012

Salaires des personnels bloqués : une indignité !

Suppressions de postes, contre-réformes :
une rentrée très difficile

Préparation de la loi d’orientation et de
programmation : des sujets d’inquiétude

Les cahiers de revendications à l’ordre du jour


La rentrée dans les écoles, les établissements et les services administratifs
s’annonce particulièrement difficile.

La réalité ce sont 4700 professeurs des écoles en moins pour 5300 élèves en
plus, 618 postes en moins dans les collèges, 1052 dans les lycées et 3 376
dans les lycées professionnels pour 20 à 25000 élèves en plus, 400 postes
d’administratifs.

La réalité de cette rentrée c’est aussi le maintien de la circulaire de rentrée
publiée par M. Chatel et de la plupart des réformes engagées par celui-ci et des
remises en cause des statuts des personnels : école du socle et livret de
compétences obligatoire, mastérisation, réforme du lycée encore aggravée. C’est
le maintien intégral du dispositif de déréglementation ECLAIR, présenté dans la
circulaire comme « l’avant-garde de notre école ».

Les modifications accordées, l’abrogation du décret sur l’évaluation des
personnels et les 3 heures de décharge pour les stagiaires ne sont pas suffisantes
pour amorcer un véritable changement. En ne revenant pas sur les suppressions
de postes et sur la circulaire de rentrée, le ministre ne s’est pas donné les moyens
d’inverser le cours des choses.

La réalité de cette rentrée, c’est aussi la baisse continue du pouvoir d’achat des
personnels de l’Éducation nationale comme de tous les fonctionnaires : les
salaires nets baissent et les prix montent ! L’augmentation du point d’indice,
bloqué depuis 2010, est une urgence.

Une concertation est engagée depuis début juillet sur le projet de loi
d’orientation et de programmation qui doit être présenté par le gouvernement
courant octobre. La FNEC FP FO y participe sur la base de ses revendications,
sans prétendre être co-législatrice.

Mais d’ores et déjà la FNEC FP FO souligne que, les orientations données aux
discussions dans les réunions de concertation ainsi que les déclarations
ministérielles sont loin d’être rassurantes, notamment pour les garanties
statutaires des personnels, alors que le maintien de la circulaire de rentrée 2012 était un premier signal négatif.

La réforme des rythmes scolaires annoncée, et la recherche d’une « nouvelle articulation entre le temps scolaire
et le temps éducatif » pourrait déboucher sur l’institutionnalisation de « projets éducatifs territoriaux »
qui remettraient largement en cause le cadre national de l’enseignement, donneraient un poids nouveau et
considérable aux collectivités territoriales et aux associations et autres partenaires dans l’école, multiplierait
les expérimentations génératrices d’inégalités. Les missions des personnels pourraient être redéfinies et leurs
droits à congé diminués.

La FNEC FP FO tient à souligner son opposition à toute « territorialisation » de l’Éducation Nationale.
La mise au centre du socle commun de compétences et de l’école du socle annonce la poursuite des orientations
de la loi Fillon de 2005, qui organise un enseignement à minima. A juste raison, le ministre reconnaît
que le socle commun de compétences « a réussi à diviser considérablement la communauté éducative
 » et veut éviter un blocage total. Mais alors pourquoi annoncer par avance que cette direction sera maintenue
 ?

La réforme de la mastérisation elle-même est confirmée, notamment avec la création des emplois d’avenir
professeur. La FNEC FP FO craint que ces emplois d’avenir de droit privé ne soient utilisés comme bouchetrou
contre les garanties statutaires des personnels. La FNEC FP FO dénonce le piège dans lequel ces emplois
d’avenir veulent enfermer les jeunes et leurs familles. Elle affirme aussi qu’il n’est pas honnête de
présenter ce dispositif comme un pré-recrutement.

La FNEC FP FO dans les négociations annoncées par le ministre avec les organisations syndicales mettra
au premier plan la défense de leur statut national de fonctionnaire d’État, et s’opposera à tout alourdissement
de leur charge de travail, notamment au travers d’une redéfinition des missions.

En cette rentrée difficile, la FNECFP FO et ses syndicats invitent les personnels à établir leurs cahiers de revendications.
Ils appuient les démarches et initiatives prises dans les écoles, établissements et services pour
que les classes, les postes et les heures nécessaires soient accordés.

Montreuil, conférence de presse du 3 septembre 2012

PDF - 111.1 ko
conférence_de_presse-communiqu_3_sept


SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr