SNFOLC

2013, rentrée de rigueur ! Communiqué du SNFOLC du 12 septembre

12 septembre 2013

samedi 14 septembre 2013


Dans toute la France les salariés du privé et du public ont manifesté contre la réforme Ayrault sur les retraites.

Les personnels des lycées et collèges comme les salariés du privé et du public ne veulent pas avoir comme seul avenir : soit travailler jusqu’à 70 ans, soit avoir une retraite au rabais avec la décote pour tous.
Des dizaines de collèges et lycées ont rédigé des motions avec leurs organisations syndicales pour dire non à l’allongement de la durée de cotisation, non à toute forme d’austérité sur les retraites, les salaires, les conditions de travail, les postes.

Si le Premier ministre confirme et aggrave la réforme Fillon sur les retraites, V. Peillon pratique le même langage : la rentrée 2013 voit nos conditions de travail encore dégradées, les réformes précédentes maintenues, d’autres qui vont encore plus loin sont en préparation.

La logique de la loi « de refondation » c’est la casse du statut, la disparition des décrets de 1950, la mise en place de l’école du socle, l’école territorialisée avec ses projets éducatifs territoriaux. Ainsi, « Reconnaissant que le statut des enseignants est « un point de blocage », Vincent Peillon s’est montré prudent, mais déterminé, évoquant même une « stratégie de la réforme ». « Je n’entre pas par les statuts, j’entre par les missions des enseignants. Regardons d’abord ce qu’on peut faire évoluer » (Progrès de Lyon, 28 août 2013).

Le SNFOLC appelle les personnels à se réunir dans les établissements pour continuer à formuler, ensemble, une même exigence :
-* - retrait du plan Ayrault, aucun allongement de la durée de cotisation

  • - maintien de nos statuts, de nos missions, de la définition de nos obligations de service en maxima horaire d’enseignement
  • - augmentation des salaires et des traitements

Ces exigences sont communes à tous les personnels.

Le SNFOLC rappelle qu’à chaque fois qu’un ministre de l’éducation nationale a voulu s’en prendre au statut des personnels du second degré, le ministre a dû reculer devant les personnels unis dans leurs établissements avec leurs organisations syndicales pour refuser la destruction des statuts des personnels enseignants et d’éducation, base fondamentale de l’école de la République et de la liberté pédagogique.

Le SNFOLC est disponible pour l’action commune à tous les niveaux pour faire valoir ces revendications.

Montreuil, le 12 septembre 2013

PDF - 144.5 ko
communique_de_rentrée

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr