FNEC-FP-FO

2 communiqués FNEC : ESPE, machines à redéployer les personnels ? Statuts postes disciplines sont touchés !

21 mai 2013

jeudi 23 mai 2013

a ) ESPE, machines à redéployer les personnels ?

b ) Statuts postes disciplines sont touchés !


Ecoles Supérieures de
Professorat et d’Education :
machines à redéployer
les personnels ?

Alors que les projets de loi Fioraso et Peillon ne sont pas votés, les deux ministres
multiplient textes et circulaires sur la création des ESPE.
Ils veulent aller très vite pour une mise en place dès septembre 2013.

C’est sans états d’âme que les personnels des IUFM sont « remerciés » et priés
d’aller voir ailleurs ! Déjà à Rouen, il est mis fin aux fonctions de deux formateurs
CPE pour cette rentrée 2013.
En Bretagne, les personnels de l’IUFM ont les plus grandes inquiétudes sur leur
avenir puisqu’on annonce que le futur ESPE de Bretagne serait rattaché à
l’Université Européenne de Bretagne…
A Lyon, les personnels de l’IUFM de la Soie, à Villeurbanne, sont dans l’attente des
décisions des uns et des autres pour savoir si leur site continue d’exister ou s’ils
seront redéployés !

Pour la FNEC FP-FO, la création des ESPE est avant tout une mesure structurelle
d’économies de personnels : la durée des stages imposés aux étudiants dans les
« métiers de l’enseignement, de l’éducation, de la formation » serait telle qu’il n’y
aurait pas besoin de personnels enseignants pour aider, encadrer, former les
étudiants puisque tout se passe dans les établissements scolaires et les écoles. Le
cadre maintenu de la masterisation le permet.

La FNEC FP-FO condamne toutes les mutations forcées des personnels
enseignants et administratifs découlant de la mise en place des ESPE. Elle
demandera au ministre des engagements précis pour le devenir des personnels
concernés.

Nul de doit faire les frais d’une réforme rejetée et contraire aux attentes des
personnels.

Montreuil, le 21 mai 2013

PDF - 32.8 ko
ESPE_machines_a_redeployer

========================================

Ecoles Supérieures de Professorat tet d’Education
statut, postes, disciplines
sont touchés !

Les ministres avancent clairement vers « un métier » unique de la maternelle à la terminale puisque
la formation doit comporter « un tronc commun vecteur d’une culture commune » autour du « socle
commun »

Alors que les projets de loi sont en cours d’examen, les ministres Vincent Peillon et Geneviève
Fioraso multiplient consignes et circulaires pour la mise en place des Ecoles Supérieures de
Professorat et d’Education (ESPE) à la rentrée 2013.
La frénésie de textes et la précipitation ministérielle ne peuvent cacher le profond désaccord qui
existe entre les personnels et les projets de loi portant sur l’éducation nationale et l’enseignement
supérieur.

Pour FO, les statuts particuliers de chaque corps sont remis en cause.

Les ESPE mettent en place quatre parcours de formation (premier et second degré, encadrement et
éducation, pratique et ingénierie de la formation) pour les étudiants et tous les personnels dans le
cadre des « métiers de l’enseignement, de l’éducation, de la formation » (MEEF).
Les ESPE ont vocation à prendre en charge à la fois la formation des étudiants aux « métiers
enseignants et d’éducation », mais aussi la formation continue des personnels titulaires.
Les ministres avancent clairement vers « un métier » unique de la maternelle à la terminale puisque
la formation doit comporter « un tronc commun vecteur d’une culture commune » autour du « socle
commun » et s’inscrire dans le « référentiel de compétences professionnelles du professorat et de
l’éducation » qui prévoit 11 compétences communes à tous les professeurs et personnels d’éducation
et 6 compétences communes à tous les professeurs quel que soit le corps (circulaire enseignement
supérieur du 9 mai et référentiel soumis au CSE du 16 mai).

Le stage se substitue à la création de postes statutaires

Les deux projets de loi organisent une formation au « métier enseignant et d’éducation » fondée sur
l’alternance, université, établissements scolaires et écoles.
Ainsi, en M1, le stage, intégré à la formation, et donc devenu obligatoire peut aller jusqu’à 6
semaines. En M2 il peut aller jusqu’à 12 semaines ! Avec trois étudiants de M2, on couvre les
36 semaines de l’année scolaire actuelle…soit un poste complet de titulaire. CQFD !

Le parcours de formation remet en cause le savoir disciplinaire

Jusqu’à présent la connaissance disciplinaire était au coeur des diplômes universitaires.
Les MEEF ne comportent plus que six crédits de recherche en M1 qui disparaissent en M2 où « la
mise en situation professionnelle » et le « contexte d’exercice du métier » représentent plus de la
moitié des crédits pour l’obtention du M2 (comité de suivi de master, 28.02.2013).

Pour la FNEC FP-FO, il est clair que son vote contre le projet de loi Peillon (abstention de la FSU,
vote pour du SNALC, de la CFDT, UNSA) est totalement justifié : nul besoin d’attendre les décrets
pour voir ce que fait le ministre dès avant même la publication de la loi.

La FNEC FP-FO soutient la journée de grève et de manifestations du 22 mai pour le retrait de la loi
Fioraso dans l’Enseignement Supérieur et la Recherche, appelée par FO, la CGT, la FSU, Solidaires,
les associations SLR et SLU.

Pour FO, ces deux projets de loi sont complémentaires. Elle invite les personnels dans tous les
établissements à réaffirmer leur demande d’abandon de ces projets.

Montreuil, le 21 mai 2013

PDF - 41.1 ko
ESPE-communique_21_mai

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr