Déclaration FO-CGT-FSU-Solidaires

18 mars : déclaration FO-CGT-FSU-Solidaires du 21 février 2014 + appels de départements

21 + 27 février 2014

vendredi 28 février 2014


Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires se sont rencontrées le 21 février 2014.

Face à la situation sociale vécue par les salariés du privé et du public, les privés d’emploi et les retraités de notre pays, elles décident de faire du 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation massive. Elles les appellent à prendre toute leur place dans cette journée d’action tant sur leur lieu de travail que dans les territoires.

Elles invitent à rechercher l’unité d’action la plus large pour exiger des mesures urgentes en faveur des salaires, de l’emploi, de la protection sociale et du service public.

La stagnation du SMIC et le gel du point d’indice des fonctionnaires sont intolérables et handicapent gravement la relance économique. L’augmentation des salaires dans le public comme dans le privé est donc une priorité.

Les entreprises reçoivent plus de 172 milliards d’aides publiques sous la forme d’allègements ou d’exonérations fiscales et sociales, sans aucune conditionnalité ni évaluation de l’efficacité de ces aides en matière d’emploi et d’investissements et sans contrôle. L’ensemble de ces aides doit être remis à plat et évalué économiquement et socialement.

La relance de l’emploi passe par un plan socialement utile, d’investissements industriels, de sécurisation de l’emploi pour les salariés, de création d’emplois de qualité, de relance du pouvoir d’achat et de développement des services publics.

Nos organisations considèrent que les annonces liées au pacte de responsabilité, et en particulier les 50 milliards d’euros d’économies programmées, répondent d’une logique inacceptable d’austérité et attaquent inévitablement le financement des services publics, de la protection sociale et de la solidarité nationale alors que les besoins sociaux augmentent.

Nos organisations réaffirment que la protection sociale est un droit universel. Celle-ci est partie intégrante du salaire socialisé. Supprimer la cotisation des entreprises à la branche famille conduit de fait à le diminuer. Elles s’opposent au transfert du financement de la branche famille des entreprises vers la fiscalité des ménages (y compris par la fiscalité locale). Elles réaffirment leur attachement aux droits familiaux financés par la branche famille de la sécurité sociale. C’est un des éléments qui concourt à l’égalité entre les femmes et les hommes en favorisant l’accès au travail des femmes.

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser et à participer massivement aux actions interprofessionnelles de manifestations, rassemblements et grève du 18 mars.

21 février 2014

PDF - 53.9 ko
18_mars-declaration FO-CGT-FSU-Solidaires 21 fevrier 2014

============================================
Haute Loire :

PDF - 156.1 ko
18-03_Haute_Loire.

============================================
Rhône :

PDF - 131.7 ko
18-03_Rhône

============================================
Loire Atlantique :

Les déclarations du Président de la République du 14 janvier dernier confirment une politique
d’austérité qui dégrade les conditions de vie du plus grand nombre, notamment des salariés,
précaires et privés d’emploi. Déjà, en 2013, les nouveaux reculs sur les retraites et « l’accord
interprofessionnel » (ANI) témoignaient d’un cap maintenu pour continuer à démanteler les
conquêtes sociales dans notre pays.

La rigueur budgétaire et l’abaissement du coût du travail voulus par le patronat, et soutenus par
l’actuel gouvernement, c’est l’application entre autres des traités européens ayant un seul
objectif : l’austérité, et son cortège de récessions d’une part, l’augmentation des profits des
actionnaires d’autre part.

Les UD CGT, Cgt-FO, Solidaires et FSU considèrent au contraire que la croissance
économique passe par la satisfaction de revendications urgentes, en particulier :

  •  L’augmentation des salaires (bloqués dans de nombreux secteurs, dont la Fonction
    Publique, depuis 5 ans) qui génère plus de consommation donc plus d’emplois, plus de
    recettes pour la sécurité sociale et plus de rentrées fiscales pour financer les services
    publics,
  •  L’arrêt des licenciements, délocalisations et fermetures d’usine, la préservation des
    emplois industriels et publics,
  •  Le retour à la retraite à 60 ans à taux plein et l’abrogation des régressions opérées
    depuis 1993, pour favoriser entre autres l’embauche en CDI des jeunes, dont 25% sont
    au chômage,
  •  L’arrêt de tous les accords dits de compétitivité qui détériorent les conditions de travail
    des salariés et amputent leur pouvoir d’achat.

Contre « le pacte de responsabilité » qui vise à entrainer les organisations syndicales dans la
mise en oeuvre de la rigueur, les UD CGT, Cgt-FO, Solidaires et FSU de Loire-Atlantique
exigent le maintien du financement de la branche famille par la cotisation employeur, partie
intégrante du salaire (30 milliards d’€) et l’annulation des économies annoncées de 68 milliards
d’€ sur la dépense publique dans les 4 ans à venir.

Les UD CGT, Cgt-FO, Solidaires et FSU de Loire-Atlantique soutiennent les nombreuses
actions revendicatives et grèves en cours (Cordemais, STX, La Poste, Alcatel, Inspection du
Travail, secteur hospitalier, intermittents du spectacle,...). Elles considèrent plus globalement
que pour contrer l’offensive généralisée qui touche les salariés du privé comme du public, les
chômeurs comme les jeunes et les retraités, il est temps d’y opposer une riposte d’ampleur
qui suppose de construire les conditions d’une grève interprofessionnelle nationale.

Elles appellent les salariés du public comme du privé, les chômeurs comme les jeunes et
retraités à faire grève et à manifester le 18 mars à 10h30 à Ancenis, Chateaubriant, Nantes
(Place du Commerce) et St Nazaire
. Elles invitent leurs syndicats et sections syndicales à se
rencontrer dans les entreprises, administrations… afin d’assurer la réussite de la journée de
grève interprofessionnelle du 18 mars.

Nantes, le 17 février 2014

PDF - 133.7 ko
14-02-17_Communique_commun _44

==============================================
Haute Garonne :

Grève interprofessionnelle et manifestations le 18 mars 2014 :

Les organisation et fédérations syndicale de Haute-Garonne FSU, FNEC-FP FO, CGTeduc, SUDéducation réunies le 19 février 2014 appellent les personnels à se mettre en grève et à manifester le mardi 18 mars 2014 journée de grève interprofessionnelle à l’appel de la CGT, FO, FSU, Solidaire.

Le gel du point d’indice est confirmé pour la 4ème année consécutive et une 5ème année se profile. Le pouvoir d’achat, les régimes indemnitaires, les mesures catégorielles sont en berne et le gouvernement diffuse la « rumeur » de blocage des promotions et des avancements d’échelon.
On nous annonce toujours plus d’individualisation des traitements et des carrières.

Les garanties statutaires sont toutes remises en cause pour les adapter à un service public « territorialisé » et les expérimentations dérogatoires aux statuts se multiplient.

Tous les établissements et services sont en sous-effectif, partout il manque des postes, des heures, des classes. Avec 295 emplois, les dotations académiques ne compenseront pas la hausse démographique prévue de 4968 élèves. Elles ne répondront pas aux besoins urgents. Les conditions d’encadrement vont continuer de se dégrader et les charges de travail augmenter pour tous les personnels.
Le « pacte de responsabilité », c’est 65 milliards d’économies et 50 milliards de baisse de la dépense publique sur le dos des salariés, du service public et des usagers.

Enfin, en supprimant 35 milliards de cotisations patronales sur la branche famille de la Sécurité sociale, c’est son démantèlement et la fiscalisation de la sécurité sociale que le gouvernement programme.

Les fédérations FSU, FNEC-FP FO, CGTeduc, SUDéducation de Haute-Garonne appellent les personnels à la grève interprofessionnelle et a manifester le 18 mars 2014 :

- pour l’augmentation des salaires ;

- pour la défense de nos statuts et de nos missions ;

L’abrogation du décret sur les rythmes scolaires et l’ouverture de négociation pour une autre réforme garantissant le cadre national du service public d’éducation.

contre toutes les mesures d’austérité, contre le pacte de responsabilité, pour des créations de postes,

contre les fermetures de postes, pour la satisfaction de nos revendications ;

contre tout transfert des cotisations patronales de la sécurité sociale notamment de sa branche famille vers l’impôt, pour la défense de la Sécurité sociale.

PDF - 49.9 ko
140219appel_intersyndical_def Haute_Garonne

SNFOLC - 6, rue Gaston Lauriau 93513 Montreuil Cedex
Tél. : 01 56 93 22 44 - Fax : 01 56 93 22 42
Heures de permanences : 9h - 12h30 et 14h - 18h du lundi au vendredi
snfolc.national@fo-fnecfp.fr